Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 16:55

Puissances et limites des résistances locales

Par Caroline Buissou

Le local c’est l’horizon autour de chez soi, on y est spectateur et à la fois acteur.

On peut y rechercher d’autres alternatives, entre capitalisme et étatisme.

La résistance locale, germe, nait des citoyens, qui se mobilisent sur des idéaux émancipateurs, contre des injustices, contre la religion de la croissance, …

Elles permettent une reconnaissance du droit à la parole à tous, combinant ainsi savoir, experts, citoyens.

Les résistances locales font naître de vrais débats, pour la collectivité et encouragent le développement de la démocratie participative grâce à leurs rapports sociaux porteurs de sens, de convivialité, au sein de groupe à taille humaine.

C’est un des chemins pour réinvestir localement, l’économique, le culturel et le politique, en intervenant sur les municipalités pour qu’elles prennent en charge l’économie locale, dans le domaine de la vie quotidienne solidaire et respectueuse de l’homme et la nature.

Grâce à leurs différents panels, leur nombre croissant, elles deviennent un contre pouvoir, la voix du peuple, elles sont le chemin d’un autre possible à construire ensemble.

Les résistances locales, en étant dans la dénonciation mais aussi la proposition, essaient de penser sur le terrain, d’autres alternatives au capitalisme: (défendre l’accès à l’eau, à l’énergie, aux transports en commun, rappeler aux collectivités locales, qu’elles sont là pour satisfaire les besoins de tous et non pour le développement de profits, défendre la souveraineté alimentaire locale, respectueuse de son environnement), sont parmi les processus permettant une transition progressive à dimension humaine.

Pour cela, ces résistances locales, doivent faire exister le plus possible, une démocratie vivante dans toutes les couches de la population. Elles doivent se faire société de liens.

Elles sont limitées par le pouvoir politique local, la rigidité des institutions et l’économique.

Mais elles sont confrontées aussi à leurs propres limites, celles d’un réseau, qui tout en voulant s’adresser à la majorité, reste sélectif.

Comment les résistances locales peuvent elles faire reconquérir l’idée de citoyen au sens large et le goût pour l’intérêt politique?

L’épanouissement culturel est une des clés.

La décolonisation de l’imaginaire n’est pas encore assez regardée comme la voie qui redonnera du sens à la vie, qui dépolluera l’être de son système binaire: perte/profit

Par la voix de la culture, des pédagogies alternatives, du créatif, l’homme peut retrouver son humanité, réapprendre à penser seul, à sortir de l’esprit de compétition.

Il ne faut donc pas perdre de vue que les vrais changements viendront d’une évolution dans les comportements par une éducation appropriée à l’épanouissement et à la réflexion.

Il n’y a qu’une crise profonde du sens de l’existence qui remettra en cause le système capitaliste avant qu’il ne soit trop tard.

L’ensemble des réseaux, par leurs diversités, leur public, leurs actions, leurs engagements, leur association volontaire au sein de la société civile, contribue à faire vivre et à organiser une force démocratique, donc politique, et à encourager des bases de solidarités, qui construiront l’avenir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crsfontenaylecomte.over-blog.com
  • : Le Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte (ville du Sud Vendée) est né du mouvement social de mai 2003. D'abord comité de grève, issu des A.G de grévistes du public, il s'est élargi en direction du secteur privé, puis de manière générale à tous les citoyens engagés dans une démarche de progrès social et politique. A la fin du mouvement de mai 2003, il prend le nom de Collectif de Résistance Sociale, car nous sommes en Résistance contre le néo-libéralisme !
  • Contact

Recherche