Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 20:13

Retraites. Une journée d'opposition radicale 

12 octobre 2010 à 18h20 -

 

Cette quatrième journée de mobilisation contre la réforme des retraites a été très suivie, notamment en Bretagne. Davantage de grévistes et de manifestants  - 3,5 millions selon les syndicats, 1.230.000 selon le ministère de l'Intérieur -, l'arrivée remarquée des jeunes, le blocage des raffineries et des transports, sont quelques unes des particularités de cette journée du 12 octobre où chacun, acteurs de la réforme et opposants, a décidé de défendre fermement sa position, quitte à entrer dans une grève dure et prolongée.

- Un nombre important de grévistes  et de manifestants : La grève est notamment forte dans deux secteurs stratégiques : les transports et les raffineries. La direction de la SNCF a recensé ce matin 40,4% de grévistes et la CGT 53,75 %. Deux chiffres en hausse par rapport à ceux du 23 septembre. A 17 h 30, la CFDT annonçaient le nombre de 3,5 millions de manifestants en France aujourd'hui. Le ministère de l'Intérieur a donné lui le chiffre de 1.230.000 manifestants, contre 997.000 le 23 septembre.

Le blocage des raffineries : toutes les raffineries Total, dont celle de Donnés (44), sont touchées par la grève depuis ce matin. Dans cinq des six raffineries du groupe, entre 50 et 80 % du personnel avait cessé le travail, selon la direction. Les premières inquiétudes concernant l'approvisionnement en carburant sont perceptibles, avec l'allongement des queues aux stations-service. En Bretagne, notamment dans les secteurs de Vannes et de Loudéac, des pénuries sont déjà constatées. Mouvements de panique ou réalité d'un manque ? Du côté de la direction du groupe Total, on affirme que ces actions ont été anticipées et qu'il n'y a pas lieu de s'affoler.

Davantage de jeunes dans les défilés : un constat s'impose. Les cortèges du 12 octobre rassemblent davantage de jeunes que lors des précédentes manifestations. A la mi-journée, environ 400 lycées étaient "mobilisés ou bloqués" sur quelque 4.300 lycées en France, selon l'Union nationale lycéenne (UNL), premier syndicat lycéen. Le ministère de l'Education nationale a indiqué pour sa part que 299 lycées étaient touchés à 9h30, soit 6,9% des 4.302 lycées du pays, dont 90 bloqués et 209 perturbés, selon le ministère. En Bretagne, comme ailleurs, la présence de nombreux jeunes, lycéens, mais aussi étudiants et jeunes actifs a été remarquée.

Une présence qui a fait dire au Premier ministre François Fillon, ce matin, qu'il trouvait "irresponsable" la tentation "de l'extrême gauche et d'une partie de la gauche"  de mettre "des jeunes de 15 ans dans la rue". 

- Des positions qui se radicalisent : D'un côté comme de l'autre, les positions se sont franchement radicalisées aujourd'hui. Alors que le Sénat a voté hier soir l'un des articles les plus décriés, celui sur le report de la retraite sans décote de 65 à 67 ans, François Fillon a annoncé de son côté que le gouvernement ne ferait désormais plus de concessions sur son projet de réforme.

Les syndicats de leur côté, notamment la CGT, affichent également une ferme détermination. Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, indiquait ce matin, que ce qui "importe" désormais "est que l'action soit reconduite". Pour lui désormais, la "radicalisation" n'est pas un risque mais un fait". Le blocage des raffineries et les blocages ponctuels,  comme à Lorient ce matin, en sont quelques signes.

Une grève qui pourrait s'installer dans la durée : la poursuite des grèves dans la foulée de cette journée de mobilisation est déjà à l'ordre du jour. Ces mouvements pourraient faire la jonction avec la prochaine journée de manifestations prévue samedi. La RATP a déjà reconduit la grève et celle entamée dans les raffineries va se poursuivre. Les cheminots doivent quant à eux se prononcer demain.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crsfontenaylecomte.over-blog.com
  • : Le Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte (ville du Sud Vendée) est né du mouvement social de mai 2003. D'abord comité de grève, issu des A.G de grévistes du public, il s'est élargi en direction du secteur privé, puis de manière générale à tous les citoyens engagés dans une démarche de progrès social et politique. A la fin du mouvement de mai 2003, il prend le nom de Collectif de Résistance Sociale, car nous sommes en Résistance contre le néo-libéralisme !
  • Contact

Recherche